Accueil > Maladies de l'oeil > Rétinopathie diabétique > Diagnostic différentiel et diagnostic

Diagnostic différentiel et diagnostic

Diagnostic différentiel

Il convient de prendre en compte, dans le diagnostic différentiel, les affections suivantes: une occlusion d'une branche de la veine rétinienne ou de la veine rétinienne centrale, un syndrome d'ischémie oculaire, une rétinopathie, une hémoglobinopathie. D'autres affections peuvent se présenter avec les mêmes symptômes que la RD chez les patients diabétiques : la dégénérescence maculaire liée à l'âge, la rétinopathie hypertensive, la rétinopathie radio-induite, et d'autres étiologies de rétinopathie (comme les télangiectasies rétiniennes, différentes connectivites dont la maladie de Bechet, l'artérite temporale, la vascularite systémique lupique, la sarcoïdose, la rétinopathie secondaire à une drépanocytose, la granulomatose de Wegener).

 

Diagnostic

Le passé médical du patient doit être soigneusement étudié pour vérifier s'il a déjà connu des troubles de la vision. Il faut prendre en compte des antécédents de diabète ou d'autres affections pouvant affecter la vision. Le bilan ophtalmologique comprend les mesures d'acuité visuelle, de réfraction, l'évaluation des structures oculaires y compris un examen de la rétine après dilatation et la mesure de la pression intraoculaire.

L'examen du fond d'œil (examen ophtalmoscopique indirect après dilatation couplé à la bi microscopie à lampe à fente et à des photographies de 7 champs standard du fond d'œil) est le test le plus adapté pour poser le diagnostic de RD. La mise en évidence des anomalies suivantes permet de poser le diagnostic : présence de vaisseaux sanguins anormaux, d'un œdème, d'hémorragies ou de dépôts graisseux dans la rétine, lésions du tissu nerveux, apparition de néovaisseaux sanguins et de tissu cicatriciel, hémorragies vitréennes, décollement de la rétine.

L'angiographie à la fluorescéine et la tomographie par cohérence optique (OCT) permettent de confirmer le diagnostic, d'apprécier l'étendue des lésions, de définir la stratégie thérapeutique et suivre l'efficacité des mesures thérapeutiques mises en œuvre.

L'angiographie à la fluorescéine permet de détecter et d'analyser les « fuites » au niveau des vaisseaux sanguins et des altérations de la circulation rétinienne. Les microanévrismes apparaissent comme des points d'hyperfluorescence qui n'augmentent pas de taille mais vont, au contraire, s'atténuer vers la fin de l'examen. Le sang et les hémorragies punctiformes apparaissent comme des zones d'hypofluorescence, ce qui permet de les différencier des microanévrismes. Les zones non perfusées apparaissent comme des taches homogènes foncées limitées par des vaisseaux sanguins occlus. Les anomalies de la microvascularisation rétinienne se situent généralement à la périphérie des zones non perfusées de la rétine et sont mises en évidence par l'existence d'une circulation collatérale sans fuites.

L'OCT permet de mesurer l'épaisseur de la rétine, d'apprécier l'existence d'un gonflement rétinien et d'une traction vitréo-maculaire. Cet examen est particulièrement utile pour le diagnostic et la prise en charge d'un OMD.