Mécanismes

Les occlusions veineuses rétiniennes sont la conséquence d'un ralentissement brutal de la circulation veineuse dans la rétine, alors que la circulation artérielle reste normale.

Selon le siège de l'obstruction, on en distingue deux formes :

· dans le nerf optique : occlusion de la veine centrale de la rétine (OVCR)

· dans la rétine, au niveau d'un croisement artério-veineux : occlusion d’une branche veineuse rétinienne (OBVR).

Occlusion de la Veine Centrale de la Rétine (OVCR)

 

Occlusion de Branche Veineuse Rétinienne, en amont d’un croisement artério-veineux (cercle)

 

Lorsqu’une occlusion veineuse survient, qu’il s’agisse d’une occlusion de la veine centrale ou d’une branche, le sang ne peut plus s’évacuer normalement hors de l'œil alors qu’il continue d’arriver par les artères : il en résulte un ralentissement de la circulation sanguine et une élévation de la pression qui règne dans les veines. Ces phénomènes se traduisent au fond d'œil par une dilatation des veines et l'apparition d'hémorragies.

 

Deux phénomènes concourent alors à faire baisser la vision :

· le ralentissement circulatoire lui-même, qui peut mener à une souffrance de la rétine par manque d’oxygène : l’ischémie ;

· un œdème de la rétine (l’œdème maculaire).

Ces deux phénomènes sont associés à des degrés qui varient selon les patients.

Mise à jour : Juillet 2009
eZ publish™ copyright © 1999-2017 eZ systems as