DMLA

La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age : DMLA représente la première cause de baisse de vision chez les personnes âgées de plus de 50 ans dans les pays industrialisés et correspond à la troisième cause de malvoyance dans le monde.

La connaissance et la prise en charge de la DMLA est en pleine évolution, grâce aux progrès récents dans les domaines génétiques, thérapeutiques et diagnostiques comme l’imagerie.

La recherche très active permet d’espérer une prise en charge précoce de la pathologie et une amélioration de l’acuité visuelle dans un nombre significatif de cas.

Qu'est-ce que la DMLA ?

Par définition, la DMLA est une affection d’origine multifactorielle, des sujets de plus de 50 ans, atteignant la région centrale de la rétine appelée macula. Il s’agit en simplifiant à l’extrême, d’un vieillissement « trop rapide » de la macula. Cette maladie, bien que très invalidante ne rend jamais totalement aveugle car la macula ne représente qu’une infime partie de la rétine. Sa plus grande partie dite rétine périphérique, responsable du champ visuel non affectée par la maladie reste donc intacte. La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age : DMLA épargne la vision périphérique ou latérale.

· Le rôle de la rétine dans la vision

La rétine est le tissu tapissant tout le fond de l'œil, responsable de la transformation de la lumière en signal électrique, transmis ensuite au cerveau par le nerf optique. Si l'oeil était un appareil photo, la rétine en serait la pellicule, tandis que lunettes, cornée et cristallin formeraient l'objectif, et l'iris et la pupille correspondraient au diaphragme. Ainsi, comme les photos seront toujours ratées avec une mauvaise pellicule quelle que soit la qualité de l'objectif, l'acuité visuelle peut ne pas s'améliorer en changeant de lunettes ou après une opération de la cataracte si la rétine est altérée.

· La macula : lieu de la vision précise

La macula est une région particulière de la rétine, située en regard de l'axe visuel, permettant la vision précise (lecture, reconnaissance des visages etc… ) grâce à sa richesse en photorécepteurs de type cônes. La macula conditionne la qualité de l’acuité visuelle. Elle contient une grande quantité de pigments de couleur jaune ( pigment maculaire, composé de lutéine et zéaxanthine ) dont elle tire d’ailleurs son nom « macula lutea » qui en latin signifie tache jaune. Ce pigment protège les photorécepteurs de la lumière bleue, potentiellement toxique pour la vue.

Mise à jour : Août 2013